Point d'interrogation

Quelques questions fréquentes sur l’hypnose.

L’hypnose d’accompagnement suscite beaucoup de questions. Et c’est bien normal, car pour beaucoup de personnes les idées et représentations viennent des émissions de télévision ou des spectacles.

Or la pratique de cabinet est en quelques points différente. Ici je donne mon point de vue sur quelques-unes des questions les plus fréquentes sur l’hypnose.

 

« Suis-je hypnotisable, réceptif à l’hypnose ? »

Cette question vient souvent des idées de l’hypnose de spectacle où 10-15% de la population serait réceptive. Les personnes désignées en spectacle sont : préparées et entraînées à l’hypnose avant de monter sur scène et ce sont souvent les plus réceptifs à ce genre d’hypnose.

Cependant nous sommes tous réceptifs à l’hypnose. Certains sont très réceptifs, beaucoup y arrivent facilement en étant guidés, et d’autres ont besoin d’apprendre car c’est comme une compétence à développer.

Mais avant tout : l’état d’hypnose est naturel, et nous le vivons tous quotidiennement. Notre état de conscience se décale et nous nous sentons différents, éloigné de notre état habituel. De manière légère lorsque nous sommes « dans la lune » le regard perdu dans les transports en commun, ou au volant, l’impression d’avoir été absent pendant 5, 10 minutes. Et pourtant nous sommes encore là, juste présent différemment.

De plus, ne sommes-nous pas hypnotisés fortement dans nos problèmes ?

  • Pétrifié physiquement face à une araignée, incapable de réfléchir de manière logique.
  • Hyper focalisé sur nous-même et l’imaginaire sur-développé lors d’angoisses.
  • Le corps raidit, une amnésie de ce qu’on veut dire lors d’une prise de parole en public.

Alors l’hypnose permet aussi de se déshypnotiser de nos problèmes et c’est peut-être là tout son intérêt.

 

« Est-ce que ça fonctionne vraiment ? »

 

L’hypnose est utilisée depuis des centaines d’années, sous ce nom ou d’autres. Mais existe également dans plein de domaines de la vie courante.

Il s’agit de modifier son état de conscience habituel pour modifier son monde intérieur en accueillant des suggestions, des idées nouvelles. Mais c’est ce que nous faisons quand nous découvrons un film qui nous procure de l’émotion, un livre qui nous transporte, une œuvre d’art qui nous touche.

C’est également le cas d’un sportif, d’un artiste, d’un comédien qui vit l’état de flow, il n’est jamais le même après ce genre d’expérience et accède à des informations (sensations, émotions, repères) jusque-là inaccessibles.

En hypnose, on apprend à recréer ces états internes ou nous sommes capables de transformer ce que nous ressentons ou croyons possible. Et ce en parlant le langage du corps et de l’inconscient.

 

« J’ai peur de perdre le contrôle »

Certaines personnes ont peur de l’hypnose et c’est normal. L’image que l’on en connait, ou que l’on s’en fait met souvent en avant la prise de pouvoir ou de contrôle de l’hypnotiseur de spectacle.

En hypnose d’accompagnement c’est différent.

De plus si vous vous intéressez à l’hypnose c’est bien que vous n’arriviez pas à contrôler ce qui vous arrive dans votre problématique ?

Vous n’avez déjà pas ce contrôle-là. C’est d’ailleurs pour ça que vous l’appelez « problème ».

Dans un état d’hypnose, vous apprendrez à contrôler différemment, à accéder à des fonctionnements, des apprentissages qui sont habituellement automatiques.

 

« L’hypnose : est-ce du sommeil ? »

 

Non. Dans un état d’hypnose vous êtes conscient de ce qui se passe. Vous êtes simplement dans un état confortable avec le corps relaxé des tensions inutiles. Lorsqu’un hypnotiseur de spectacle dit « dormez ! » c’est simplement pour que vous accédiez à cette capacité de relâchement musculaire, de flottement des pensées et de détente associée au sommeil.

 

« Est-ce qu’on peut rester bloqué sous hypnose ? »

 

Non, l’état d’hypnose au bout d’un certain temps se dissipe. Les cas où les personnes ont déclaré être bloqués sous hypnose étaient en fait maintenus par leurs propres suggestions (« je suis bloqué, je ne peux plus bouger », …). Cependant sans alimentation de l’état d’hypnose il se dissipe en 10 à 15 minutes maximum.

« Je ne crois pas en l’hypnose, est-ce que c’est gênant ? »

 

Si vous n’y croyez pas et que vous voulez tester avec toute votre envie en étant curieux de ce que vous arrivez à créer avec votre imaginaire, alors vous êtes dans de bonnes dispositions pour apprendre l’état d’hypnose et vous faire votre propre idée.

Si vous n’y croyez pas et cherchez à démontrer que ça ne fonctionne pas en freinant de tous côtés, alors je ne chercherai pas à vous convaincre, c’est votre choix.

 

« Existe-t-il des états plus profonds que d’autres ? »

 

Il existe des états plus décalés de notre état habituel que d’autres. On parle souvent de « profondeur » d’état d’hypnose. Certaines personnes arrivent à créer une légère rêverie dans un lieu agréable alors que d’autres arrivent à s’immerger dans un univers au point de faire monter leur température corporelle, de créer une hallucination en voyant leur plus grande idole ou encore l’impression que le temps est mis sur arrêt.

Ce n’est pas le niveau de profondeur qui détermine l’efficacité du changement. C’est de trouver l’état d’hypnose qui vous convient et qui vous permettra de sortir de votre représentation de votre problématique.

 

Si vous avez d’autres questions, doutes ou appréhensions, contactez-moi directement et nous en discuterons simplement !

Infos, contact et prise de rendez-vous.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *